Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Lundi 20 Juillet, C'est l'histoire d'un masque....

Chez toi, comme chez moi, les masques: le retour!
Je vieillis mais il me semble me souvenir que nous avons déjà joué à masqué/démasqué il y a quoi?... 3, 4 mois?
Déjà à ce moment-là, souviens-toi, les règles n'étaient pas très claires!
De "les masques ne servent à rien!" à "Il faut absolument porter un masque!" en passant par "Il n'y a pas assez de masques!", nous avons connu, toi comme moi, tous les épisodes de cette quasi saga, qui restera sans doute dans l'histoire tant elle a été le reflet d'incompétences, d'imprévoyances et surtout de cafouillages successifs...

Le temps a passé.
Et nous revoila avec des histoires de masques à nous raconter.
"Tu as un masque?" - "je n'ai que des masques jetables." - "la cousine du beau-frère de la femme du voisin de la soeur de ma collègue en coud." etc etc...

Tu auras peut-être noté aussi que le temps du cafouillage et des âneries est de retour.

En Polynésie, en moins de 24 heures le masque a été obligatoire puis plus si obligatoire que ça. Fortement recommandé, aussi, au point que ce matin nul n'entrait au Super fare Nui sans lui.

Mais le moment le plus délicieux de ma journée m'a été offert par les messages des divers ministères français.
Tu les auras sans doute vues ces listes qui indiquent à chacun quand et où se masquer.
Les précisions sont réellement savoureuses!

Si tu vas en salle de sport - où l'usage du masque semble juste invraisemblable! - tu devras être masquée jusqu'à l'appareil choisi. Là tu te démasques. Tu bouges pour récupérer ta bouteille sur le banc un peu plus loin? Masque! Tu changes d'appareil? Masque! Dès que tu es installée pour faire travailler tes petits bras musclés, hop! Tu peux ôter ton masque!
Morte de rire!
S'il est à usage unique, tu te trimballes avec 25 kilos de masques et tu remplis à toi toute seule les douze poubelles que ta salle propose!

Allez, tiens on va aller au cinéma, je suis sûre qu'il y a de très bons films qui sont sortis!
Dans la rue, pour aller jusqu'au ciné à pied, tu respires à l'air libre. Dès ton entrée dans le ciné, masque! En revanche, une fois que tu es assis confortablement, hop! plus de masque!

La médaille d'or va au conseil donné pour les restos: tu as le droit d'ôter ton masque pour manger!
Oh la chance!!...

Ce qui m'interroge c'est qu'il y a peu, les scientifiques commençaient à envisager une propagation par l'air. Or dans la salle de sport, quand expulses-tu le plus d'air? Ça ne serait pas - par hasard? - pendant tes exercices? N'est-ce pas pendant l'effort qu'il faut inspirer et surtout pour ce qui nous occupe, expirer avec soin? Ne serait-ce pas un gros souci si on suppose que l'air transporte la bestiole?

Quant au cinéma, je suis bien certaine que personne n'y tousse jamais - oh ben non! - et cela sans être malade! Un fumeur par exemple, ou simplement le quidam qui avale sa salive de travers. Ne vont-ils pas l'un ou l'autre, voire - horreur! - ensemble ou juste l'un après l'autre, tousser? Prendront-ils le temps de replacer le masque devant leur bouche et leur nez?
Et l'éternuement intempestif, hein? Quelqu'un y a pensé à l'éternuement intempestif?... Là, de la vaporisation on va en avoir!

Au resto je vois bien le truc.
Masquée jusqu'à ce que l'entrée arrive. Bas les masques le temps d'ingurgiter tes crudités; re-masque le temps du débarrassage et jusqu'à la dépose de ton steak/frites ou de tes rognons de veau à la bière ou de ton steak de tofu fumé mariné au nuoc mam et ainsi de suite jusqu'au dessert...
Morte de rire je suis te redis-je!

Et ici, on suit, je te rassure!
Bon, perso je m'en moque totalement puisque je ne vais ni au resto, ni au ciné et encore moins à la salle de sport.

Mais quans les âneries commencent, tant qu'à faire, c'est plus drôle si elles s'accumulent.
Alors la Polynésie a aussi trouvé de quoi me faire rire...
Et l'arrivée des fonctionnaires et militaires nouvellement nommés est une trop belle occasion!
Ainsi c'est nous, qui habitons ici, et qui ne sommes donc pas concernés par la mesure, qui voyons sur nos chaînes locales, des spots nous expliquant ce que ces braves gens devront faire à leur arrivée.
Tu suis là?...
Curieux, non?

Et pour que la coupe de la bêtise soit bien pleine à rabord, sache qu'on va leur fournir un kit d'auto-test.
Oui oui, tu as bien lu!
On leur fournira à leur descente d'avion un kit avec le petit écouvillon à se coller dans la narine. À eux de se débrouiller pour faire un geste qu'on nous a présenté comme éminemment technique.
Certes, une porte-parole disait aussi que mettre un masque était terriblement compliqué...
Alors déjà qu'il y a un gros pourcentage de faux-négatifs, là je pense qu'on va aboutir à un pourcentage de "non-covid" digne des résultats du bac!

À ça, il faut ajouter qu'l y a peu, Air tahiti Nui proposait un partenariat avec un réseau de labo afin que les voyageurs puissent se faire tester. Il en coûtait tout de même 75 euros! De même si on voulait être nous-même testés, il fallait débourser une somme qui n'était pas anodine.
Et tout à coup, le pays et/ou l'État, dégote(nt) des milliers de tests qui seront gratuits pour tous ceux qui arriveront en Polynésie...

Sacré coronavirus va! Il est super fort ce tout petit machin!
Capable de révéler la bêtise, le mensonge, l'incompétence, il se montre aussi d'une rare efficacité pour donner des idées plus sottes que grenues à tous les gens importants - ou pas - et ce partout où il passe.
Et peut-être même là où il ne passe pas!
Posté par Mimijo le 20 juillet 2020 à 11 heures 20

J'ai bien ri avant d'aller me coucher.... sans masque.
Faut il simplement en rire je ne suis pas sûre. Et si tu savais la quantité d'usines à gaz qui sortent de ci de là et que je lis en levant yeux au ciel.
Ce virus a des pouvoirs insoupçonnés, nous pourrir la vie on le savait déjà mais aussi révéler l'étendue de la bétise humaine (tu vois je suis polie) Un livre est sorti sur l'histoire de la connerie. A lire impérativement.

Réponse postée par Saa le 20 juillet 2020 à 11 heures 48

Quoi!!! Tu dors sans masque????... Comme toi, je ris... Mais c'est un rire qui grince un peu malgré tout... Je suis bien d'accord avec toi: chaque jour apporte son lot de bêtises - seule notre bonne éducation, à toi comme à moi, nous interdit de dire autre chose, mais, crois moi, le coeur et le vocabulaire ne me manque pas hors ligne!.... Bon courage à vous deux pour la suite!

Copyright © 2020 - 2021, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.