Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Mardi 3 Novembre, Quand j'entends le mot culture....

Je suis sans voix...
Je suis ébahie...
En France la culture est jugée non essentielle!
En France!
Le pays qu'on appelait il y a peu encore "pays des Lumières"!
Ce qui est sûr c'est que ceux qui prennent ces décisions n'en sont pas, des lumières!

Cette décision va nous renvoyer vers des périodes où l'obscurantisme régnait.
En effet, si je lis entre les lignes, que demande-t-on aux Français?
Allez travailler - masqués mais éventuellement en transport en commun surchargés! - puis rentrez chez vous et nourrissez votre esprit avec ce que les chaînes télé vous offriront... Soit beaucoup de cochonneries!

Fermer les librairies, les marchands de disques ou de CD vidéo c'est déjà une franche mauvaise idée.
Mais imposer aux grandes surfaces, sous prétexte d'égalité, de justice, d'équité, de bloquer les rayons qui correspondent à ces mêmes produits, là, c'est au-delà de la bêtise!
C'est d'abord donner un blanc-seing aux E-commerces qui bouffent déjà le petit commerce en temps ordinaire.
Sauf qu'en temps ordinaire, le client a le choix.
Là, il ne l'a plus!
Et c'est accélérer la mort des petits commerces et de l'artisanat.

Pourquoi ne pas avoir fait le choix inverse: fermer les grandes surfaces où la distanciation est difficile à mettre en oeuvre et laisser les petits commerces ouverts?
On aurait redonner aux gens le goût des courses avec son panier pour acheter des produits de saisons.
On aurait redécouvert - pour certains - le plaisir simple du contact direct avec des vrais gens qui aiment leurs produits et leur métier!
On aurait donné une chance aux centres villes de revivre.
On aurait aussi sans doute favorisé la production locale et française pour beaucoup de produits.

Mais nos gouvernants favorisent depuis des années les grands groupes, quitte à aboutir à des aberrations comme celle que j'avais montrée en photo sur ma page FB: une galette du Poitou, d'un producteur poitevin, vendue dans une enseigne Super U.... En Polynésie!


La culture c'est aussi les concerts qui eux ont été anéantis depuis Mars!
Que les intermittents du spectacle crèvent, qu'ils perdent leurs maisons, ça n'empêche pas les ministres de dormir!

On ajoute à ces fermetures celles des magasins de jouets et des rayons équivalents dans les grandes surfaces...
Que Noël approche, ça les indiffère dans les ministères.
Que le jeu puisse permettre à certaines familles de passer le confinement dans de meilleures conditions, ils s'en foutent royalement nos ministres.
Que jouer soit une façon de s'instruire, d'apprendre, de se cultiver, rien à foutre non plus!

Quant aux autres commerces ou artisans déclarés non essentiels, je n'en reviens pas du manque de réflexion, de jugeote ou simplement de bon sens de ceux qui ont fait ces listes!

Un exemple?
Les salons de coiffure: rien de plus simple pour eux de mettre en place les gestes protecteurs! Et je ne doute pas qu'ils l'avaient fait! Limitation du nombre de clients et clientes, port du masque pour les clients et les professionnels. Pour le lavage des mains, pas de souci ici!
Les restaurants avaient tout autant tout mis en oeuvre pour protéger les clients, les serveurs et les cuisiniers...

On ferme les magasins d'électroménager mais on laisse ouvert les magasins de bricolage et ceux de tissus...
Je ne demande plus d'explications puisque personne ne peut m'en donner qui soient convaincantes.

Ce dont je suis convaincue en revanche c'est qu'on réduit nos vies au strict minimum: travailler, réparer (magasins de bricolage), s'occuper comme il y a 250 ans (magasins de tissus), faire son pain et surtout avoir peur!

Attention! Je ne critique nullement le fait de bricoler, de faire son pain ou de coudre ses vêtements.
Je dis juste que bien des gens se sentent pousser à faire tout ça puisqu'ils restent chez eux.
Et quand tu peux le faire alors les artisans deviennent?.... Non essentiels!

C'est la peur qui est la grande gagnante! Nos peurs qui sont utilisées pour nous manipuler.
Peur d'être malade.
Peur de sortir au mauvais moment.
Peur de payer une amende.
Peur de perdre tout ce que l'on possède...

Quand est-ce que ces grands penseurs vont comprendre que toutes ces contraintes, ces peurs, cette angoisse finiront par provoquer une réaction qui sera à la hauteur des frustrations ressenties depuis si longtemps?
Copyright © 2020 - 2021, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.