Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

jeudi 33 mars Jour 13

Si parfois j'ai un peu de mal à trouver de quoi alimenter ce blog, il arrive qu'une abondance pléthorique de sujets m'interpellent le vécu intérieur.
Je lis, je trie, je prends des notes pour plus tard...
Je garde.
Ou je jette...
Dans la liste de notes prises, et gardées, j'essaie de garder le léger, le non-essentiel.
L'époque est suffisamment anxiogène pour que je n'en rajoute pas.
Ni pour toi, ni pour moi...
Donc pas de point de situation aujourd'hui... Ni demain je te le dis tout de suite!

Or dans l'extraordinaire quantités de parutions - journaux en ligne, réseaux sociaux, messages divers - il m'apparaît que l'injonction prime au détriment de la modération qui se perd.
Je comprends bien en effet qu'il ne faut pas passer par quatre chemins pour tout ce qui concerne les fameux gestes barrière, le confinement etc...
"Lavez-vous les mains" "Servez-vous de mouchoirs en papier" "Restez chez vous" ...
Soit!

En revanche - et déjà bien avant ce virus - je trouve insupportable que, sous prétexte de conseiller un livre, un film ou un restaurant, l'avis ou le conseil - plus ou moins éclairé - commence par "il faut absolument..."
Il me semble que "je te conseille vivement..." est déjà assez fort.
- Tu peux varier, bien évidemment en piochant dans toute la gamme synonyme!
Mais ce "il faut absolument.." résonne à mon oreille comme une injonction qui ne me laisse pas le choix.
Or j'aime avoir le choix
J'aime autant les mots que la liberté.
La liberté autant que les mots....

J'aime notre langue - j'ose supposer que tu n'en doutes pas.
J'aime avoir le choix des mots pour préciser ma pensée.
J'aime la richesse de notre vocabulaire qui permet à chacun d'exprimer son avis, son goût, son dégoût, son opinion....

C'est grâce à cette richesse que les mots prennent toute leur valeur et surtout toute leur force.

Voila pourquoi quand je lis " je vous conjure de..." je m'attends à quelque chose de grave, d'important...
D'ailleurs le dictionnaire est là pour appuyer mon attente puisqu'il nous dit que conjurer c'est prier quelqu'un, le supplier instamment au nom de quelque chose d'important, de sacré, et ayant pour synonymes adjurer, implorer.
Je conjure ceux que j'aime de faire attention à eux.

Alors évidemment que le "je vous conjure de lire Proust"...........
Un peu de modération s'impose me semble-t-il!
Je comprends bien l'enthousiasme de la (re)découverte de cet auteur jugé difficile!
Mais d'autres façons de l'exprimer auraient eu tout autant de force et surtout plus de justesse.

Cette quasi obsession pour le mot juste doit-elle m'inquiéter?
Cette période d'enfermement me rend-elle plus intolérante?
À la lecture de ces billets, te semble-t-il que je frôle la folie?

C'est ce que j'ai cru comprendre en recevant d'un ami, en message privé, ce que j'ai d'abord cru être une pub pour un cabinet de psy....
Il s'est avéré finalement que cet ami m'informait qu'un de ses fils, psy depuis 20 ans, ouvrait un cabinet paramédical regroupant une ergothérapeute, une orthophoniste et un psychologue à Arras.
Et que cette ouverture s'accompagne de celle d'un blog.

Tu le trouveras :

Et je le recommande vivement - le blog et surtout le psy - parce que je le connais, et que je sais qu'il est très bon dans son domaine.
- Non pas qu'il soit mauvais ailleurs, mais si je laisse "il est très bon" ça peut être ambigu au moment où trop de gens lisent de travers! -

Je souhaite longue vie à ton cabinet Cédric!

Voila!...
Dois-je, pour autant, me sentir rassurée sur mon état de santé psychique?

En lisant la date du billet d'hier et celui d'aujourd'hui - et des jours qui viennent - tu t'interrogeras peut-être....

En ces temps d'enfermement, le temps perd de sa qualité...
Le temps perd son temps...
Et je reprends à mon compte un message lu ce matin qui colle tout à fait à mon ressenti:

Je suis paumée, on est quel mois de la semaine?

Décidément, j'ai besoin d'un psy avec .... Ce confinement!
Posté par Heilani le 01 avril 2020 à 23 heures 17

Peut être le mieux serait de plus penser à ce confinement ? De s’occuper avec ce qu’il y a autour de nous ? Nous avons la chance d’avoir un jardin , une cours , et pouvons nous dégourdir . On parle à notre chien ( 3 fois plus en tout cas qu’en temps normal ) , faire des choses simples qu’on a pas’ l’habitude de faire . Je te propose de cuisiner avc Patrick ? Ça vous fera passer un bon moment ensemble ? Ou d’echanger Les rôles , Patrick cuisinier et toi webmaster ( 😉 tu resteras sur fb mais chhhuuuut faut pas le dire ) ou à la vaisselle ! tout ça , rien que pour se taper un fou rire ou au contraire se découvrir des talents cachés en cuisine ..

Réponse postée par Saa le 01 avril 2020 à 23 heures 31

Difficile de ne pas y penser... Quant à échanger les rôles... Non! merci!
Je suis bien consciente que j'ai la chance d'avoir le jardin, les fleurs, l'espace extérieur...
La difficulté du confinement est morale....
Ne pas être libre de mes mouvements me met les nerfs en pelote!!

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.