Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Samedi 35 Mars Jour 15

Tu as remarqué - ou pas - que la date est étrange depuis mercredi....
Mercredi aurait dû être enregistré comme "1er avril"...
Or, as-tu vu qu'en haut du billet il était noté "Mercredi 32 Mars"?....
Depuis tu as vu jeudi 33, vendredi 34 et aujourd'hui...

Mais pourquoi? Pourquoi?...

Parce que ce foutu confinement semble avoir arrêté le temps.
Parce que je ne suis pas sortie DU TOUT depuis le début de cet enfermement légalisé et obligatoire.
Parce que la date n'a plus de sens.
Parce seul le décompte des jours de confinement devient important.
Parce que le calendrier sert à faire avancer l'année et marque des étapes.
Parce qu'à l'inverse, cette période fige tout de nos activités, de nos rendez-vous avec la vie, avec les nôtres, avec la vie des nôtres.

Depuis le début de ce confinement je passe, comme tout le monde - je te rassure j'en suis bien consciente - par tous les états et toutes les émotions.

Si j'ai ri - jaune - de ne pas pouvoir recevoir un colis déjà parvenu sur le territoire, j'ai aussi eu une montée de colère quand la réponse de l'OPT a été donnée: on maintient les guichets ouverts pour les services financiers uniquement...
Pas de réception de courrier/colis, mais pas de départ non plus!!
Étrange choix qui privilégie l'accès au fric à l'exclusion du réconfort d'un courrier/colis!

Le temps s'est arrêté...
Nous sommes en suspension entre deux mondes: celui d'avant le virus et celui d'après le virus...
Dans cet intervalle nous sommes dans des limbes, socialement parlant.
Un purgatoire sanitaire...
Un espace temps dans les gris plus ou moins clairs - ou foncés - selon les jours et les heures...

Certes le soleil brille et la pluie tombe.
Les nuages passent au-dessus de nous.
Comme avant.
Comme après.

Les seuls à être à l'arrêt sont les humains...
Suspendus non à un virus mais à des décisions politiques.
Tester? Pas tester?
Traiter? Pas traiter?

Je ne me laisserais pas entraîner dans le "il aurait fallu que..." car je ne suis experte en rien qui soit utile en ce moment.
En revanche, je m'accorde le droit d'éteindre tous les appareils qui donnent à voir ou à entendre nos pseudos dirigeants, au moment où ils tentent de répandre leurs bonnes paroles.
Paroles qui se contredisent et s'entrechoquent d'un jour à l'autre, répandant plus de confusion encore, plus de stress aussi.

Je ne te la refais pas!
Tu connais déjà l'histoire des masques qui ne servaient à rien, mais dont il a fallu en urgence commander des milliards.
Tu connais aussi l'histoire des tests qui ne servent à rien.... Parce qu'on n'en a pas suffisamment.
Sur cette liste j'ajoute une attestation qu'on a pu, puis qu'on a plus pu présenter sur son smartphone mais qui pourrait peut-être à nouveau utiliser la voie numérique...
Qu'on a transformée quand bien des gens en avaient imprimé par dizaines pour dépanner tous ceux qui n'ont pas d'imprimante...
Qu'il a fallu, puis qu'il n'a plus fallu recopier en entier.
On reparle des respirateurs qui arriveront dans 1 mois et demi?....

Tu le sais qu'il faut se confiner et tu t'y plies, avec plus ou moins de bonne volonté et de bonne humeur...
Mais tu les vois, ces pseudo chefs, tous les 3 jours se présenter en troupeau devant les caméras dans un hôpital, dans un EHPAD, dans un centre d'appels d'urgence, à Mulhouse, à Angers...
Ça sert à quoi qu'ils se déplacent?
Pensent-ils vraiment que ça leur donne plus de crédibilité?

Je suis bien consciente que la gestion d'une telle crise est difficile.
J'aurais aimé qu'elle le soit de manière plus "sage", sans jouer les marionnettes agitées d'un mauvais guignol devant les caméras.

Voila pourquoi j'ai arrêté le vrai calendrier.
Voila pourquoi ce blog t'annonce qu'aujourd'hui nous sommes le samedi 35 Mars, Jour 15 de l'an Coronavirus.

Jour 15 de ce p...... de confinement!
Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.