Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Avant le confinement….

Avant le confinement…. (version courte sans détails car mon billet est déjà bien trop long !)
Il y a eu les infos venues de Chine…
Une vague réminiscence de l’épisode du SRAS, un petit goût d’H1N1… Mais soyons sérieux ! Nous n’y avons pas cru ! Encore une grippe ! Encore du bruit et de la fumée pour rien….
Puis il y a eu de plus en plus de cas en France métropolitaine…. L’Oise, a été « bouclée » et ses habitants confinés…
Et à partir de là tout s’est emballé.
Les écoles, collèges, universités ont été fermés…
La France s’est retrouvée en confinement obligatoire.

Dans le même temps (Tiens ! pourquoi m’interdis-je l’expression « en même temps » ? Curieux, non ?), ici, en Polynésie nous observions…
J’avoue avoir levé les yeux au ciel quand, sur le marché de Fare, (c’est notre capitale à nous, gens de Huahine!) une des marchandes a annoncé ne plus ni faire la bise, ni serrer la main….
J’avoue avoir été agacée quand une autre, venue à la maison, m’a gentiment expliqué en arrivant sur la terrasse, qu’elle ne faisait plus la bise alors qu’elle l’avait faite à mon tane au portail !
Ça alors !... Ai-je donc l’air si malsaine ? Ou mon parfum naturel - irais-je jusqu’à sui generis ? - est-il si désagréable ?

Les élections municipales approchant, deux équipes, sur les quatre qui se présentaient, sont venues à la rencontre des habitants quelques jours avant le premier tour. Au portail ce fut un échange de bises et de serrages de mains… Le maire actuel y était et je ne l’ai pas vu se frotter les mains au gel hydro alcoolique avant ou après nous avoir salués… personne ne l’a fait.
Nous non plus !

Tandis qu’en France métropolitaine vous receviez des consignes de distanciation pour ce dimanche d’élections, nous avons attendu dans une queue de plusieurs dizaines de personnes, bien serrées les uns derrière les autres ; nous avons serré les mains tendues ; nous avons reçu et fait des bises, parce qu’ici c’est comme ça et que Huahine c’est un village où tout le monde se connaît…
Vraiment, nous ne nous sentions pas concernés et nous en parlions comme d’une grippe…

Maina Sage, députée représentant de la Polynésie à l’Assemblée nationale est revenue « au fenua »…. Testée positive, elle se confina.
Et même si le nombre de malade n’augmentait guère, la folie médiatique et celle des réseaux a fait son œuvre
l’inquiétude a envahi les archipels.
Les parents inquiets exigeaient que leurs enfants scolarisés sur Tahiti, rentrent sur leurs îles d’origines.
Les avions et les bateaux vomissant leurs chargements de touristes potentiellement infectés continuaient leurs rotations et la colère grondait…

Alors le Pays et l’État décidèrent le confinement…
Tous les élèves devaient rentrer chez eux puisque tous les établissements scolaires devaient fermer.
Les liaisons aéronautiques inter-îles devront s’interrompre le dimanche 22 Mars.
La goélette (notre ravitailleur) ne prendra plus de passager, seulement le fret nécessaire à notre vie sur les îles dites « éloignées ».

Petite aparté pour comprendre cette expression : Tahiti et Moorea, c’est comme Paris et une banlieue chic ; les autres archipels sont considérés comme la province, la campagne, hormis Bora-Bora qui rapporte trop d’argent à elle toute seule pour être négligée.

Voila…. Nous sommes comme vous : confinés.
Comme vous, nous devons présenter l’attestation de déplacement dérogatoire.
Comme vous nous ne pouvons être qu’un par voiture.
Etc, etc.

Bref !
CONFINÉS !

Pour un premier billet, j’ai été un peu longue.
Il fallait bien que je situe les choses, que je mette en scène les jours qui suivront.

Je vous donne rendez-vous demain pour la suite…. Du confinement !
Posté par Heilani le 22 mars 2020 à 15 heures 55

Coucou
Il est vrai qu’au départ , nous ne nous affolions pas et qu’on pensait de ce virus « ce ńest qu’une Grippe » ! Puis est venu la deuxième phase où l’on s’est dit « tient ça fait quand meme pas mal de décès dans le monde » ! La 3eme phase vient à partir du fait ou , en 2 jours seulement , nous passons de 3 cas confirmés positif à 15 cas ! Pour ma’ part , ayant perdu un enfant de 7 ans’ , ayant ma mère travaillant dans cet hôpital où sont gardés en quarantaines et soignés les cas hospitalisés, j’assume reagir comme je le fait pour protéger ceux qui me sont cher en sachant que le risque’ zero n’existe pas . Certe huahine est loin de tahiti ,mais en aucun cas nous’ sommes protégé ! Certains reviennent de Thaïlande , des États Unis , de métropole il y a’ ‘moins’ d’une semaine de cela , en sachant que le temps d´incubation du virus est de 2 à 15 jours . Mon mari suit un traitement pour la tension et moi je suis asthmatique ! Ce qui me fait peur serait de perdre à nouveau l’un de mes enfants ou mon mari tout simplement, ou , de mourir en laissant mes enfants en sachant que’ personne ne les aimera comme moi je les aiment ! La coutume ici , c’est se faire la bise , se serrer la main , faire des barbecues ensemble .. ça ne changera jamais ! Ce confinement est temporaire et nécessaire pour que mes enfants continuent leur vie dans ce monde . Ce qui’ me fait d’autant plus peur, ce’ sont les paroles des médecins et des infirmiers(es) « ON NE SAIT PAS » , « ON A PAS ASSEZ DE MATÉRIELS » , « ON NE COMPREND PAS » !
Voilà , aujourd’hui , je suis confinée avec ma petite famille, loin de mes parents ,mes frères et mes neveux, et j’espere que tout se passera bien pour chacun d’entre nous. On le saura dans les semaines à venir

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.