Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Dimanche 22 Mars. Jour 2 du confinement en Polynésie

(Je veux commencer ce billet en remerciant les 12 premiers visiteurs.
Arrivés ici par erreur ou après lecture de l'annonce faite sur Facebook...
Dublin, USA, Paris, Ligugé, Dunkerque, papeete, Pirae, Nasey-Le-Grand...
Merci à vous!)

Dès le début de cette épidémie, devenue pandémie – l’occasion de revoir son vocabulaire et d’enrichir ses connaissances étymologiques ! – nous avons été saturés de nouvelles.
Internet chauffe et chauffera sans doute encore un moment….
Je me surprends à relayer toutes sortes de choses.
Des bons plans pour occuper les enfants, sans frais supplémentaires.
Des images/vidéos/infos propres à donner le sourire.
D’autres qui provoquent la colère, l’indignation, le dégoût.
Mais pourquoi je fais ça ?

Ce matin, comme tous les jours - et déjà avant l’enfermement – je consulte mes pages Facebook, journaux, infos locales etc.
Et il m’apparaît – je suis lente, sans doute doter de l’esprit d’escalier – que ces relais sont quasi inutiles puisque la plupart de mes contacts ont Internet ; que souvent nous partageons bon nombre d’intérêts ; que ces « bons plans » ou infos, ils les reçoivent sans doute aussi…
Faut-il relayer à tout va ? Vais-je rester à ma fenêtre – virtuelle – et regarder le monde s’agiter sans y participer?

Vivre sur une petite île éloignée, c’est déjà vivre une forme d’enfermement.
Et si j’ai la chance d’habiter une grande maison entourée d’un très grand jardin qui regorge de fleurs, il n’en reste pas moins que l’impression d’isolement, d’enfermement – bien avant le confinement – est toujours un peu présente.
Certes la première plage n’est pas loin…. Qui marque une frontière infranchissable.
Alors que dire, que penser, quand, de surcroît, la plage est interdite ?

J’entends d’ici la lectrice coincée dans son 3 pièces cuisine avec 3 enfants, au centre-ville d’une grande agglomération, me proposer de faire l’échange….
Ah ! désolée… Peux pas…. J’ai confinement !

Il n’en reste pas moins que nous vivons des situations pour le moins inhabituelles.
Une copine vivant au Sud de l’île – l’autre bout du monde ! 30 minutes de voiture – a lancé un appel déchirant hier sur facebook
« Trop envie d’un gâteau. Quelqu’un qui en aurait fait un et qui ne veut pas le manger ? »
Comme justement j’en avais un au four, je lui réponds que j’ai ce qu’elle désire mais que le confinement m’interdit d’aller lui porter – et elle de venir le chercher – ce qui aura pour conséquence de m’obliger à le manger…
À ce point de mon récit, je t’autorise à me plaindre lectrice!!

J’en arrive à avoir des réflexions absurdes… Tu veux un exemple ?

Je me fais, in petto et en l’actualisant, le sketch des croissants de Bourvil - j’assume mes références ! – n’hésitant pas à faire dans l’humour noir, voire douteux.
Pensée : Tiens ! pour garder le moral je vais inviter ma copine à venir boire un café…. Ah ! Non…. Confinement !
C’est pas grave… Du coup on organisera un apéro avec les voisins…. Ah ! Non…. Confinement !
Crotte !... Je vais aller….. Nulle part ! Confinement !
Oui mais j'ai BESOIN! de voir du monde!! Je suis un animal sociable, moi madame!!
Bon…. Il ne me restequ'une solution...
Tomber malade pour être emmenée à l’hôpital… Là-bas au moins j'en verrai du monde !

Ben non plus ma poule – oui, parfois je me dis « ma poule » à moi-même ! - parce qu’avec le système de santé de la Polynésie, et particulièrement sur les îles autres que Tahiti, avant que j’arrive à l’hôpital, va falloir que j’aille bien mal !!!
Un seul hôpital pour un pays qui couvre une surface grande comme l'Europe.
Un seul hôpital (et quelques cliniques, toutes à Tahiti) pour une population de 278 509 Habitants.
30 respirateurs seulement pour tout ce petit monde….

Quant à « finir » au dispensaire local, juste pour voir du monde…. Euh… Comment dire?...Non merci !

Alors qu’avons-nous fait finalement de ce dimanche te demandes-tu ?
Patrick a continué à améliorer ce blog. Avoir son webmaster perso et totalement dédié, ça c'est un vrai luxe!
J'ai lu, en la rafraîchissant, ma page Facebook 34762 fois.
J'ai continué la lecture d'un roman de Brussolo "Le suaire écarlate" suite de "la fille de l'archer" que j'ai terminé hier.
Patrick a ramassé les nombreux avocats tombés; il les a triés, jetant ceux qui sont trop abîmés.
J'ai fait des falafels de lentilles germés - c'est une découverte et super bon!
Exceptionnellement je n'ai pas fait de gâteau.
En revanche comme tous les 2 ou 3 jours j'ai fait du pain.

Bref ! Une journée de folie !!! … De confinement !
Posté par Nicole R le 28 octobre 2020 à 20 heures 40

C'est un peu ce qui nous attend pour 1 mois et peut être plus...Nous vaquons à nos occupations, l'avantage nous avons un grand jardin, quoique avec ce temps pourri des dernières semaines , c'est parfois toute une aventure d'y aller au fond...Mais bon, nous prenons notre temps, que pouvons -nous y faire, le confinement ne nous abbat pas pour autant.A l'ouverture de tes petits billets, cela me permet de démarrer une bonne journée..Pour nous elle commence , pour toi celle d'hier se finit. Alors bonne nuit...

Réponse postée par Saa le 28 octobre 2020 à 21 heures 01

Coucou! Pour le moment pas de confinement ici... Mais ça va venir je le sens!

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.