Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

vendredi 15, Jour 55, La Jolie Géopélie

Ce matin je te propose une belle histoire.
Une belle histoire vraie, c'est encore mieux, non?

Il était une fois....
Non, je ne vais pas abuser!
Mon histoire commence ce jeudi en fin de matinée - aujourd'hui puisque mes billets sont toujours écrits avec au minimum 24 heures avant que tu ne les lises -

Tandis que je lisais tranquillement dans notre chambre, et que Patrick était à son bureau, il entendit le bruit caractéristique du margouillat qui se laisse tomber au sol.
C'est entre le "ploc" et le "bop".
Un bruit qui tape mais qui tape un peu mou. Tu vois ce que je veux dire?
Sauf que le "ploc-bop" il se produit en général le soir quand soit en se battant, soit par maladresse, le margouillat qui marchait au plafond tombe au sol: Bop!
iIl reste alors immobile, plaqué au sol sur ses 4 pattes, donnant l'impression qu'il prend le temps de remettre chaque organe à sa place.
Puis il repart....

Sauf qu'il est aux environs d'onze heures du matin... pas l'heure du "bop" margouillatesque!

Tournant le regard, Le Héros voit qu'il s'agit d'un oiseau!
Le pauvret gît là sur la tapis posé devant l'entrée du salon.

Heureusement mon Amoureux réagit au quart de tour tandis qu'Onyx observe et prend son temps....
Cette réaction au ralenti de la chienne permet à l'oiseau de rester en vie.

Évidemment, aussitôt qu'il a la petite bête bien à l'abri dans ses mains viriles, Le Héros vient me l'apporter dans la chambre.
Depuis bientôt 16 ans qu'on se connaît, il sait qu'il faut toujours tenter de sauver le soldat Ryan la bestiole en détresse, quelle qu'elle soit!

La petite bête qu'il me confie est une géopélie zébrée. C'est une colombe miniature qui vit en Polynésie après y avoir été introduite vers 1950. Et on en voit partout! Aussi bien dans nos jardins qu'en plein centre ville de Papeete!
D'habitude elles ne se laissent pas approcher, même si elles viennent assez près de nous si on ne bouge pas.

Celle-ci a dû s'assommer en tapant dans la vitre, ou sur le montant de la véranda.
Tu vois la petite marque sur sa tête, comme un petite tâche plus foncée? J'ai l'impression que c'est là que l'impact a eu lieu.

img_1845_1.jpeg


Ses yeux s'ouvrent et se referment doucement, comme si elle s'endormait. Son petit corps se laisse aller dans mes mains et je crains un instant qu'il ne lui reste pas longtemps à vivre. elle est bel et bien sonnée en tout cas!
Tout en la caressant, je l'emmène vers la cuisine où, à l'aide d'une paille je dépose des gouttes d'eau sur mon pouce, près de là où son bec repose.
Tout à coup, elle entrouve le bec et absorbe quelques gouttes. Ses yeux s'ouvrent pour de bon et je vois qu'elle va déjà mieux.
Je lui propose alors un peu d'eau sucrée dans laquelle j'ai placé des graines de chia.
En manoeuvrant doucement le petit récipient, je parviens à lui faire ouvrir le bec. Et quand elle comprend de quoi il s'agit, elle aspire un peu de cette nourriture qui semble être à son goût.

La voila apparemment en meilleure forme. Nous en profitons pour faire quelques photos.

img_1844_2.jpeg


Comme elle paraît remise de ses émotions, j'en profite pour vérifier son état: la tête ne saigne pas et le crâne, au toucher reste solide. Les pattes sont propres et sans blessure. Les ailes se laissent déployer sans provoquer de réactions, signe qu'elle ne souffre pas.

Check-list ok.
Prête pour le décollage?

img_1846_3.jpeg


Ben non....
Finalement, les caresses c'est trop bon...
Ou elle ne se sent pas encore d'attaque...



Nous revenons au salon où elle prend une nouvelle petite collation.
Alors qu'elle montre quelques signes d'agitation, la pluie se met à tomber. Nous attendrons quelques minutes que le soleil brille à nouveau pour lui proposer la liberté.

Main ouverte, elle ne décolle pas tout de suite et je pense la ramener encore une fois à l'intérieur quand elle se décide et prend son envol!

Pas d'image évidemment de ce moment toujours émouvant où une petite bête retrouve la liberté.

Dans notre jardin, il y a 2 martins que nous avons sauvés de la dévoration après que leur nid fut tombé du cocotier et maintenant une jolie tourterelle qui aura une histoire avec les Humains à raconter à sa descendance...

C'est en tout cas ce que j'aime à croire!
- Et je te montrerai les petits martins dans un autre billet.-
Posté par Mimijo le 16 mai 2020 à 09 heures 05

Un joli moment de poésie et de douceur.
Merci

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.