Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Samedi 16 Mai, Jour 56, Les Martins Tristes

Pourquoi attendre?
Hier je te montrais une petite géopélie sauvée après un épisode où elle s'était vraisemblalement assommée.
En Janvier 2019, le sauvetage fut plus long, plus bruyant et un peu plus compliqué.

Laisse-moi d'abord te présenter le Martin Triste, ou Martin des Moluques.
Je devrais d'ailleurs dire "les Martins Tristes" car ils sont toujours par 2.
Ils déambulent, à la recherche de nourriture ou d'éléments pour leur nid, qu'ils placent entre deux branches de palmier et qu'ils remplissent de toutes sortes de choses: du végétal bien sûr, mais aussi de nombreux papiers, plastiques, emballages de gâteau...
Ici ils sont considérés comme des ravageurs car ils peuvent détruire des cultures de jeunes plants, ou s'attaquer aux arbres fruitiers. Il est même conseillé de les détruire...
C'est un oiseau qui n'est pas natif de la Polynésie, mais qui s'y est fort bien acclimaté et qui se reproduit presque trop bien pour les maraîchers.

Nous, nous les trouvons amusants!
Ils déambulent avec cette drôle de démarche dûe à leurs pattes attachées très bas sur le squelette et qui les fait se redresser.

Ils ont un culot monstre!
Quand une voiture reste fenêtres ouvertes, il n'est pas rare de voir un de ces oiseaux entrer dans le véhicule et y faire un petit tour d'inspection. Son congénère reste à l'extérieur, un peu plus loin et surveille.
Au moindre danger, le veilleur lance un cri d'alerte et le curieux sort de la voiture!

Quand Jupiter-Le-Chat était plus jeune, nous savions où il était grâce aux cris des Martins.
En plus de ce cri d'alerte, ils ont toute une gamme de sifflements, grognements, trilles etc...

Janvier 2019, revenons vers le sauvetage...
Le vent a soufflé très fort une partie de la journée de la veille et la nuit.
Au matin, derrière un des cocotiers, j'aperçois des brindilles, mêlées à des papiers qui semblent organisées en nid. Mais dans un état de telle décrépitude que je pense d'abord à un nid désaffecté.
C'est un peu plus tard dans la journée que, revenant vers le même endroit, je crois voir un mouvement.
Ce n'est pas un nid désaffecté!
Il y a deux jeunes Martins qui se tiennent blottis l'un contre l'autre, aplatis contre ce qui reste du fond de leur nid. Leur plumage est tel qu'il faut s'approcher pour les voir! Je suis même étonnée que ni Onyx ni Jupiter ne les ai repérés!
Sauf que maintenant Onyx, qui me suit partout, les a vus. Il faut donc les mettre à l'abri.

Suivront diverses tentatives pour les installer au mieux.
Une grande cage - donnée par une amie qui l'avait utilisée pour un lapin - sera finalement posée par Patrick sur la terrasse, juste devant notre chambre.... Ça c'était une mauvaise idée et nous l'apprendrons à nos dépens plus tard!
Des feuilles de bananiers sur le fond grillagé, pour la propreté et la sécurité des petits; les restes du nid sont posés et les petits oiseaux installés.
Renseignements pris sur le Net, je prépare une mixture faite de farine de banane, de croquettes pour bébé chat, d'oeuf et de chair d'avocat. Le tout mixé fin est placé dans un sac congélation dont un des angles a été coupé afin de pouvoir les nourrir sans les blesser.
Parfois, comme sur la vidéo, je leur tends un morceau de mangue très mûre et ils l'avalent sans faire de manières!



Pour les faire boire, je me sers d'un compte-goutte en plastique.
C'est amusant et émouvant de voir les petits becs s'ouvrir grand dès que je m'approche! Car il ne leur a fallu que 24 heures pour comprendre que le monstre qui les approche, les touche et leur parle, ne leur veut que du bien!
Les parents en revanche ne sont pas contents!
Ils savent où sont leurs petits et ne les abandonnent pas!

Nous les garderons environ 15 jours.
Et tous les matins, dès que le soleil se lève, les parents crient avec des voix très éraillées, ce fameux cri d'alerte et qui sert aussi à effrayer l'importun. Et les jeunes qui commencent à leur répondre, à les appeler...
Même tintamarre chaque fois que je m'approche de la cage pour les nourrir!
C'est assourdissant et je vais finir par regretter de les avoir sauvés ces braillards!!

Au bout de ces 15 jours, je vois bien que les petits sont plus forts. Je me renseigne encore et j'apprends qu'ils sortent du nid au bout de 25 jours et bien qu'ils ne sachent pas encore voler les parents continuent à les nourrir.
Nous changeons alors la cage de place: sous un arbuste, près du cocotier d'origine et, en gardant nos poilus à distance, nous laissons la cage ouverte.
En moins de 2 heures, les parents les ont retrouvés et guidés vers un autre arbuste où je les verrai quelques jours, accrochés aux branches.
Puis, sans doute enfin capable de voler, ils ont disparus.

Le Martin est territorial, j'ai donc de grande chance d'avoir ces oiseaux nourris à la main autour de moi, quelque part au jardin... Trop grands déjà pour m'identifier comme "mère", j'ai pour espoir qu'ils me voient et me reconnaissent tout de même...

Je peux rêver non?
Posté par Moi de Coco le 18 mai 2020 à 21 heures 00

Je suis certaine que tes Martins sont plus reconnaissant que l'espèce humaine et que régulièrement, ils te chantent une douce sérénade !

Réponse postée par Saa le 18 mai 2020 à 21 heures 24

J'adorerais! Mais ils n'ont vraiment pas un joli chant! J'imagine qu'ils me crient dessus pour signaler qu'ils me reconnaissent! ;-)

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.