Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Mardi 26, Jour 66, Je m'interroge...

Je m'interroge sur l'avenir...
À mon âge c'est un comble me diras-tu!

En fait, je m'interroge sur l'avenir du tourisme en Polynésie Française....
Tu sais, cette terre lointaine que l'on te vend pour son accueil, pour la générosité et la gentillesse de son peuple...

Depuis le début de la pandémie, je lis régulièrement, tant sur les réseaux que dans la presse locale, un certain nombre de choses qui me font douter de ce que pourrait devenir le tourisme ici.

En effet, jusque-là, la colère et la haine, liées à la peur d'un virus qui est resté peu virulent dans ce coin éloigné de notre planète, la colère et la peur disais-je, étaient dirigées contre les fonctionnaires qui vont arriver d'ici quelques semaines.
Arrivant de France, pays réputé pour le nombre de malades, ils cristallisaient toutes les peurs. Ils étaient aussi un moyen de crier un certain racisme - même si, pour s'en défendre, d'aucuns affirment que le mot lui-même n'existe pas en tahitien - sa haine de l'autre, de celui "qui n'est pas d'ici".

Depuis quelques jours, si les fonctionnaires sont un peu "oubliés" c'est grâce aux voileux...

Tous les voiliers qui naviguaient au moment de l'expansion du virus ont été priés de se mettre au repos, de trouver un havre, une marina ou une baie et d'y rester confinés.
Alors forcément, la Polynésie, et en particulier Tahiti, se retrouve avec une grande quantité de voiliers à l'ancre dans ses baies.
Ils n'ont pas eu, et n'ont toujours pas, le choix! Car si le déconfinement d'ici leur permet une navigation locale, le reste du monde demeure interdit!
Toutes les frontières se sont fermées!
Ils leur fallait bien un endroit où se confiner tout en restant sur leur bateau!

Certaines baies proches de Papeete, sur Tahiti, sont apparemment surpeuplées, littéralement envahies par ces voiliers.
Et la colère est montée chez les terriens...
Lesquels terriens, consciemment ou pas, ignorent l'interdiction qui est faite aux voileux de continuer leur route.
Lesquels terriens clament que "ces gens-là" sont tout à la fois des nantis, des pollueurs, des profiteurs, des envahisseurs, des méprisants, et surtout - surtout! - des étrangers!
Ils ne savent pas - ou encore une fois ne veulent pas savoir - que la grande majorité des nomades de la mer ne sont pas plus nantis que toi ou moi. Le plus souvent, pour acheter leur bateau et partir ainsi sur les océans du monde, ils ont tout vendu - maison, voiture etc - afin que le bateau devienne leur habitat principal.
Ce qui dérange, ne serait-ce pas plutôt leur liberté? Ou leur façon de vivre, trop différente?

Certains commentaires vont jusqu'à clamer leur préférence pour les navires de croisière! En terme de pollution, visuelle et maritime, faut-il que je m'étende?...

On retrouve les mêmes insultes, les mêmes quasi slogans déjà jetés à la tête des futurs fonctionnaires et recyclés contre les voileux: rentrez chez vous! Laissez la Polynésie aux Polynésiens!

Parmi les reproches qui sont faits aux voiliers et à leurs équipages, deux reviennent le plus souvent.
Je choisis de les citer dans l'ordre inverse de leur popularité.

Ils seraient à l'origine d'une pollution visuelle!
Oui, tu as bien lu...

Depuis le rivage, ou depuis les villas du bord de mer, on ne parviendrait même plus à voir Moorea à cause de la quantité de voiliers installés dans la même baie.
Il faut savoir que si tu vis sur Tahiti, le nec plus ultra est d'avoir une vue sur Moorea, aussi nommée l'île soeur car très proche de Tahiti.
Pouvoir admirer depuis sa terrasse un coucher de soleil avec Moorea en ligne d'horizon est un "plus" qui permet de justifier un prix plus élevé à la location ou à la vente.
Or les voiliers gêneraient cette vue!...
Dans le même temps, les terriens se plaignent de ne pas pouvoir accéder à la mer aussi facilement qu'avant avec leurs vaa, leurs paddles ou leurs petits bateaux pour aller pêcher.

Cependant, un petit détail m'a été soufflé dans l'oreillette par l'ami Chris - voileux patenté de son état! -: sur ces grandes concentrations actuelles de voiliers, dans une baie de Tahiti, une bonne part est représentée par les charters, des catamarans à louer avec ou sans skipper, qui, sans clients, sont aussi à l'arrêt, mais préfèrent se poser là plutôt que dans leurs bases ou dans les marinas où cela leur coùterait bien plus cher.

L'autre grand sujet qui permet aux haineux de se lâcher: la pollution de l'eau engendrée par cette population maritime!
Et là, on atteint des sommets de bêtise et d'ignorance!

Il leur est reproché de rejeter à la mer leurs excréments - dans les commentaires on lit plus souvent "leurs cacas" - et leurs poubelles!

C'est ignorer - une fois encore est-ce sciemment? - que les voiliers sont équipés "en série" et obligatoirement depuis 15 ans d'une "boite à eaux noires". Autrement dit une sorte de fosse septique intégrée au bateau et fonctionnant comme... Une fosse septique!
C'est ignorer aussi que la très grande majorité des voileux - et là je parle des "vrais" ceux qui vivent sur leur bateau et parcourent le monde -ont un vraie sens de l'écologie et une vraie connaissance de la protection des espaces maritimes!
Ils utilisent donc des produits non polluants, en tout cas pour la grande majorité d'entre eux - je parle tant des produits que des marins! -
Et c'est surtout ignorer que nos cacas à nous terriens, finissent exactement au même endroit, puisqu'il n'y a que quelques stations d'épuration sur Tahiti - insuffisantes d'ailleurs pour la quantité de population - et aucune sur les autres îles - Bora-Bora mise à part! -
Voila pourquoi, en ce qui concerne la pollution liée aux eaux usées, aux "eaux noires" j'avoue que l'argument me fait bondir - voire hurler de rire! .

D'ailleurs, il suffit de chercher un peu - et aussi de vivre ici - pour constater que la pollution des eaux vient... De la terre!
Le 25 Mai - hier! - on pouvait lire ceci:

"Le centre d’hygiène et de salubrité a rendu son rapport sur la qualité des eaux de baignade en mer et en eau douce. Il y a une légère amélioration globale mais les embouchures de rivières sont toutes impropres à la baignade. Le mauvais assainissement des eaux communales est souvent en cause.

Complété par cette précision:

" Tahiti, en léger progrès

Sur les 47 points en mer contrôlés, 68% sont propres à la baignade. La qualité des eaux de baignade en mer sur Tahiti s’est très légèrement améliorée, avec une différence toujours marquée entre la zone urbaine (55% propres à la baignade en 2019 contre 47% en 2018) et la zone rurale (89% propres à la baignade en 2019 contre 78% 2018).
Source Franceinfo Polynésie 1


Si je résume: la pollution maritime vient pour l'essentiel de la terre et des terriens!

Enfin, non ils ne jettent pas leurs poubelles à la mer!
Si certains déchets organiques et végétaux pourraient être jetés c'est parce que les poissons s'en régaleraient en quelques minutes!
Mais c'est interdit, de fait...Bien qu'il s'agisse de déchets organiques donc biodégradables, absorbables par les poissons, les crabes et enfin la vie bactérienne du fond de l'océan... Un peu comme notre compost terrien.
Donc tout est gardé jusqu'au port où des poubelles leurs sont proposées - ou pas selon les communes et leur bonne ou mauvaise volonté -
Et ces services ne sont pas toujours gratuits!
Les voileux, lorsqu'ils s'arrêtent quelque part, doivent acquitter diverses factures, et pas toujours allégées. Les taxes concernant le ramassage ou la collecte de leurs ordures peuvent en font partie.
Il ne faudrait pas oublier au passage, qu'ils déboursent leur argent en achetant leur nourriture, leur carburant, qu'ils font travailler les locaux pour les réparations ou l'entretien de leur bateau etc, etc.


Alors certes, ces imprécations ne sont le fait que d'une certaine partie de la population et essentiellement sur Tahiti. Il est vrai aussi que dans nos îles, le confinement a apporté peu de voiliers contrairement à l'île capitale qui a hérité du plus grand nombre.
Mais, faut-il le dire et le répéter: ce n'est que provisoire et les marins n'ont pas eu le choix!
Et j'imagine que dès que ce sera possible, ils n'auront aucun regret à quitter cette belle terre d'accueil!

Me vient alors une autre interrogation: comment un peuple qui met sa fierté dans ses origines maritimes peut-il rejeter le peuple moderne des nomades de la mer?

Et je crains fort que ces attaques répétées contre "l"étranger" ne desservent cette destination car l'étranger d'aujourd'hui c'est le touriste d'hier et celui de demain!

Et il ne faut surtout pas perdre de vue que sans touristes, la Polynésie verra toute son économie s'effondrer!

Je terminerai ce billet plein de questionnement et d'inquiétude par une note un peu plus légère: sur nos petites îles, dans les archipels éloignés, le voileux et sa tribu sont bien mieux reçus!
- Surtout parce qu'ils sont moins nombreux, c'est vrai aussi -

Photo de la page d'accueil: avec l'aimable autorisation de Chris, propriétaire et skipper du "Prana"
Posté par Laetitia le 26 mai 2020 à 22 heures 44

Bonsoir Saa,

Merci de prendre la défense de tous ces navigateurs avertis ou non,
avec cette fougue qui a l'air de vous caractériser!

En ce qui nous concerne, la navigation fera partie d'un de nos rêves déchus ( pot de fleurs en acier de 12 m de long dans le jardin)!

Amicalement,
Laetitia

Réponse postée par Saa le 26 mai 2020 à 23 heures 12

C'est vrai, j'ai du mal à accepter les loups qui hurlent en meute sans réfléchir. C'est vrai aussi que toutes les sortes de racismes me mettent hors de moi!
Oh! Un bateau de 12 mètres rempli de fleurs? Ça doit être joli!
peut-être ferez-vous renaître votre rêve quand vous serez ici!

Posté par Laetitia le 26 mai 2020 à 23 heures 33

Peut-être, qui sait!
juste un petit pot de fleurs, tout petit, s'il vous plait!!!!

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.