Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Samedi 30 Mai, Jour 70, Prévoir....

J'ai terminé ma troisième poupée: une Dodue stylisée que je te montrerai... Une autre fois!
- Une autre façon de maintenir mon lectorat en haleine!... -
- Sois honnête: hein oui tu es impatiente de la voir ma Dodue?
-

Aujourd'hui je vais aborder un sujet de la vie quotidienne: les repas!
Et plus précisément: prévoir ses menus sur une île éloignée en Polynésie Française.
- Et je pense tout particulièrement à Barbamama qui établit ses menus sur ... Une année! -

Toi, je ne sais pas, mais, avant, pendant ma vie métropolitaine, et surtout pendant ma vie métropolitaine de-maman-de-trois-enfants-et-qui-travaille, je prévoyais mes menus.
Une fois par semaine, la veille des courses, je faisais d'abord le tour des placards - frigo - congèl' afin de voir ce qu'il y avait.
Puis je faisais un tableau rapide, une colonne par jour et deux lignes: midi et soir.
En fonction des restes, de ce que j'avais en stock et de ce qui me venait en tête, les demandes des enfants, les envies des uns ou des autres, j'établissais alors des menus.
Ces prévisions me permettaient d'établir une liste de courses, évidemment complétée avec tout ce qui peut manquer alors que c'est nécessaire dans une maison comme la lessive, le dentifrice etc...
Donc si je prévoyais par exemple un couscous, je mettais sur ma liste tout ce qui peut le composer et dont je ne disposais pas: les viandes, merguez, coriandre fraîche etc...
De même, dans ces prévisions de menus, j'intégrais la possibilité de restes: un poulet le dimanche? poulet froid/salade le lundi ou fricassée de poulet riz etc...
- garder en mémoire le conseil de ma mère: toujours acheter un gros poulet car la carcasse fait toujours à peu de chose près le même poids. La différence de poids c'est donc de la chair! -
Tu suis? Tu comprends mon organisation?

Par la suite, et bien que les enfants soient partis, lorsque le Héros est entré dans ma vie, j'ai recommencé ce système bien pratique pour s'éviter la question récurrente: qu'est-ce qu'on mange ce soir?
Il suffit de regarder le tableau, affiché sur le frigo!

Ça c'est possible quand tu sais que tu trouves tout, ou presque, dans les supermarchés, sur le marché et dans les boutiques.

Mais cette façon de faire est juste impossible ici.
Si nous étions à Tahiti, j'aurais pu continuer. Il y a là-bas non seulement un grand Carrefour, mais une multitude de magasins et un marché traditionnel très bien fourni...

À Huahine nous disposons d'un "superU fare Nui" et d'un marché de rue.

Le SuperU est assez bizarement approvisionné.

Quelques exemples parmi mille autres.
La semaine dernière, et depuis presque trois semaines, le rayon farine ordinaire - sans levure - était vide. Mais il ne manquait pas de farine de châtaigne - de riz - de pois chiche...
Pas de yaourts nature non plus.
Mais - rien à voir sauf mon étonnement - un "Broyé du Poitou" de la marque Goulibeur spécialité d'un gros industriel poitevin! - Tu imagines l'empreinte carbone de cette galette? -

Quant au marché de rue, tout dépend de l'heure, du jour, de la saison et de la météo.
S'il y a des bananes, tous les bancs t'en proposeront. Pareil pour les mangues, avocats, papayes ou fruits de la passion.
Pour les légumes, sur le marché je trouve parfois des haricots kilomètres, des "pota" - chou chinois - navets, aubergines.
Plus rarement des tomates.
Quant au poisson, aujourd'hui j'avais le choix: haura - prononce A-OU-RA = espadon - ou thon blanc.
Nous avons choisi le haura car Patrick avait envie d'un poisson cru...
À condition de trouver du lait de coco! Parfois sur le marché, parfois à SuperU. Aujourd'hui ce fut à SuperU.

Tu le vois, je ne peux pas prévoir de menus.
Je profite des légumes quand j'en trouve: des carottes uniquement à SuperU, comme les pommes de terre. La salade sur le marché de préférence - même si elle est toujours dans un sac plastique avec cette affreuse idée de le fermer par des agrafes sur lesquelles je me blesse régulièrement! -
Pareil pour le poisson.
Il m'arrive d'avoir sorti quelque chose du congèl', mais que je trouve - bonheur ultime - du mahi-mahi ce jour-là... Rétropédalage! J'achète le poisson pour le préparer le jour même et laisse l'autre viande au frigo pour le lendemain.

La liste de courses se constitue donc un peu chaque jour: quand on attaque le dernier paquet de riz, pâtes, croquettes pour le chat, sel, ou que la bouteille entamée d'huile, de vinaigre vient à montrer qu'elle est presque vide.
Un principe ici: avoir toujours un(e) produit, boite, flacon, bouteille d'avance. Quand tu prends l'avant-dernier, tu rachètes un nouveau.... Tu ne sais pas quand les rayons seront pleins ou vides. Par exemple il n'y a plus de filtres à café depuis plusieurs semaines!

Tu comprends aussi que, si on reçoit des amis, je ne peux en aucun cas leur promettre tel ou tel plat! Je ferai avec ce que je trouverai... Ou pas!
Une sorte de gestion de la pénurie au pire, du manque au mieux!

Nous sommes entrés dans la saison du manque: pas de fruits locaux, peu de variétés de légumes.
Je peux me tourner vers les pommes, les oranges, le raisin. À prix d'or au supermarché! Et venant soit des USA pour le raisin, soit d'Amérique du Sud ou de Nouvelle-Zélande.... Toujours emballés, les fruits sont vendus en lots: un kilo ou plus selon les fruits!
J'utilise les fruits en boite aussi...
Et pour les légumes: les carottes - vrac - de Nouvelle-Zélande - pas d'autre choix et ce toute l'année! - les navets locaux, le pota - en lots et emballés! -.
J'ai découvert que les poireaux en boite sont utilisables et corrects - j'ai horreur de ceux qui sont congelés! -, même s'ils sont bien trop cuits, tout comme les endives.

On résume?
Pour ce soir, ce sera salade de poisson cru à la tahitienne: haura, oignons, carottes.
Demain? Sans doute du poulet, ou une pizza maison ou...
Ben j'en sais rien!

Ici, tous les jours la question se pose: qu'est-ce que je vais faire à manger ce soir?
- Et j'ai intérêt à y penser le matin parce qu'il y a de forte chance que j'ai besoin de faire décongeler un bidule ou un truc...

Avant j'étais prévoyante.
Maintenant je suis imaginative!
Posté par Moi de Coco le 31 mai 2020 à 07 heures 10

La création, c'est l'essence et le piment de la vie ! Et tu es très très imaginative ! D'autres ne se poseraient pas toutes ces questions. Même si cela peut paraître épuisant, continue ! C'est toi qui a raison !

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.