Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Vendredi 26 Juin, Les Couleurs de la Politique

Dimanche, on vote!
Ici, comme chez toi!

Je sais bien qu'il ne faut pas parler politique si on veut passer un bon moment sans dispute,
mais il s'agit ici non pas d'évoquer mes convictions ou les tiennes. Juste t'informer, te raconter, comment ça marche, ici, sur notre petite île perdue...

Si, sur le fond, et dans les visées, les élections municipales sont les mêmes qu'en Métropole, il me semble que dans la forme de la campagne il y a quelques différences.
Et notamment les couleurs!

En Polynésie il y a 3 grands partis: le orange, dirigé par Gaston Flosse, ancien président du Pays. Pour faire court, son parti, dont le nom signifie "Union du Peuple" est d'inspiration gaulliste.
Le rouge, dirigé par l'actuel président, Èdouard Fritch, dont le nom de parti signifie "Liste du Peuple" est un avatar du précédent.
Enfin le bleu ciel, dirigé par Oscar Temaru, dont le nom de parti pourrait être traduit par "Servir le Peuple", est aussi le parti indépendantiste.

Comme je ne veux, ni ne peux d'ailleurs, entrer dans les détails de la politique de chacun, je m'en tiendrai à cette description sommaire.

Tu pourrais donc, comme moi, croire que pour les municipales, il n'y a plus qu'à suivre les couleurs.
Perdu! Ça aurait été trop simple!

Alors on reprend, pour Huahine, et au second tour, nous aurons en lice 3 listes, donc 3 couleurs.

Une liste dont la couleur distinctive est le vert:

img_2105_1.jpeg



C'est la liste du maire sortant, affilié au groupe rouge de Fritch.

Une liste dont la couleur distinctive est le mauve:
img_2104_1.jpeg


C'est un mélange de convictions, la plus forte étant une opposition au maire actuel.

Dernière liste, les bleu roi. S'il sont eux aussi en forte opposition avec le maire sortant, ils sont plus proches du parti indépendantiste, même si, dans le nombre, on compte certains affiliés à Flosse.

Tu suis?
Si ça n'est pas le cas, ne t'inquiète pas, moi non plus!

Si le maire sortant est, politiquement, très attaqué, il a malgré tout de grandes chances d'être reconduit.
Ce que personnellement je déplore...

Il est le propriétaire du SuperUFareNui et, à ce titre, assez "généreux" quand il s'agit de fournir aux associations de quoi faire à manger pendant leur réunion par exemple. En revanche il s'oppose à toute installation d'un autre magasin.
Quelques affaires lui collent aux basques, dont une pour laquelle il a été condamné à une très forte amende.
Tout comme pour la plupart des maires sortants en Métropole, sa position lui a permis, lors du confinement, d'offrir des colis alimentaires aux plus démunis... Qui sont les mêmes toujours très démunis, Covid ou pas!

Les mauves proposent un programme qui semble réaliste, réalisable et concret.
Quant aux bleus, je ne les connaissais tout simplement pas.

L'un des problèmes de la politique à Huahine - et sans doute dans toute la Polynésie - si tu es popa'a, c'est que d'une part tu n'es pas forcément le bienvenu lors des réunions d'information et que, d'autre part, ces réunions se tiennent en langue tahitienne, que la plupart des popa'a, dont je suis, ne maîtrise pas.
J'en avais discuté avec une jeune femme, maman d'une de mes anciennes élèves, qui se trouve être très impliquée dans le parti bleu.
Or, lundi en fin d'après-midi, elle est venue m'inviter à une réunion d'information qui devait se tenir chez elle le lendemain.

Grosse hésitation de ma part.
Trois motifs à cette hésitation: la langue, bien sûr; le parti lui même qui n'est pas mon favori et la crainte de "déranger" les autres participants par ma simple présence en tant que popa'a... J'ai donc répondu que j'y réfléchirai...

Cependant, il ne faut pas être en contradiction avec soi-même! Je trouve dommage de n'être jamais conviée à ces réunions et je déplore une mise à l'écart, que je considère comme systématique, des popa'a. Pouvais-je refuser cette invitation?

Par sympathie pour Deina, et pour saluer la volonté de m'intégrer dans cette réunion - alors que j'ai clairement exprimé que mon coeur et ma raison me portaient vers un autre groupe - je m'y suis rendue.

Si nous n'étions pas très nombreux, ce n'est pas ma présence qui est la cause du petit nombre. Il s'agissait d'une réunion dite "de quartier", à une heure où les gens travaillent. Nous étions donc une petite dizaine de personnes pour écouter les numéros 1 et 2 de cette liste.
Comme toujours en Polynésie, la réunion a commencé et s'est achevée par une prière...

Le ton a été donné tout de suite: on ne parlerait que français.
Et si la gentillesse a été de mise, je suis bien obligée de te dire que personne n'a posé de question, que Nono, le tête de liste, ne s'est adressé qu'à moi, et que j'ai bien senti que pour quelques uns ma présence les mettait mal à l'aise.
J'ai pu cependant prendre un peu mieux connaissances de leurs aspirations, motivations et envies...
Et je reste sur mes positions...

img_2095_1.jpeg
img_2091_1.jpeg

Les photos de fin de réunion. Beaucoup sont déjà partis. À gauche je prends la photo sur laquelle on peut voir tout à droite, avec un de ses 6 enfants devant elle, Deina qui m'a invitée. À droite les mêmes avec Poe, la numéro 2 de la liste au centre du petit groupe.

Je terminerai en disant que lors d'élections municipales, je ne suis pas forcément attachée à un groupe ou une politique particulière. Je veux des gens solides, honnêtes et avec une vision à long terme à la tête de la commune que j'habite.
Pour les "grandes élections", celles à caractère national, les idées et l'honnêteté sont évidemment mes moteurs. Le racisme et l'exclusion sont complètement rédhibitoires.

En Polynésie et pour la Polynésie, c'est le parti indépendantiste qui défend le mieux les valeurs écologiques qui me sont chères en y adjoignant des idées quant à l'honnêté avérée des candidats. Voila qui aurait de quoi me plaire...

Comme toi, et avec le décalage horaire habituel, dimanche j'irai voter pour que la meilleure équipe municipale soit élue...
Posté par Laetitia le 28 juin 2020 à 00 heures 40

Idées, tolérance et respect....
Comme dirait mon cher père, " Mais Laetita, tu es dans le monde des Bisounours! "
Bises

Réponse postée par Saa le 28 juin 2020 à 08 heures 19

J'aimerais tellement vivre chez les bisounours! Les hommes et les femmes politiques de tous les pays me rappellent que ça n'est pas le cas...

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.