Merci de patienter...

Je-tu-île-confinée


Le blog de Saa

Mercredi 1er Juillet, Brise, Bise, Zéphir et Maramu...

Tu auras reconnu au moins trois mots dans le titre, ce qui t'a permis, je suppose, de comprendre que le dernier appartient au même champ lexical: celui du vent!

- Oui, j'ai bien conscience que "champ lexical" est très connoté "prof de français"... Que veux-tu! On ne se refait pas!

Ainsi donc, vais-je te parler du vent.
Et je commencerai par t'annoncer que je suis assez bête pour en avoir peur!
Bien évidemment les vents doux, gentils et frais que sont la brise et le zéphir ne m'impressionnent pas! Pas plus que la bise d'ailleurs!
En revanche, le maramu, ce vent qui nous apporte une saison plus fraîche et - normalement ! - plus sèche aussi, peut, quant à lui, devenir problématique pour moi...

Hormis qu'il me frigorifie, il a aussi tendance à souffler fort, voire très fort! Et comme je suis complètement paranoïaque quand il s'agit du vent, j'ai la certitude qu'il sait que j'ai d'autant plus peur qu'il fait nuit. C'est pour ça qu'il fait exprès de s'énerver nuitamment.... Juste pour me faire peur...

En fait, ce n'est bien sûr pas le vent lui-même qui me fait peur, mais ses conséquences.
La première, la plus importante aussi, est le bruit.

Quand il secoue comme un dingue les cocotiers, les avocatiers et le grand kava qui pousse près du salon.... Quand j'entends leurs branches s'agiter, craquer, parfois même tomber, je me crispe... je rentre la tête dans les épaules et je serre les dents....
Ses sifflements sont inquiétants certes, mais aussi le bruit de froissement des haies d'hibiscus qui m'évoquent une créature géante tentant de se faufiler dans les buissons...
Il ya longtemps, j'eus la très mauvaise idée d'entamer la lecture d'un roman de Graham Masterton alors qu'au dehors, le vent soufflait en tempête. Or les premiers chapitres racontaient justement l'arrivée d'un monstre tueur, annoncée par le bruit du vent dans les feuilles....
- Non, je n'ai pas fini le roman! -

Et puis là-bas, au loin, on entend la mer qui se déchaîne, le fracas des vagues sur la barrière de corail. On dirait le bruit d'un train se ruant sur nous!


La conséquence suivante est la chute des branches et des fruits.
Après ces nuits venteuses, le jardin se trouve envahi par les feuilles sèches du pandanus. De grandes palmes, souvent accompagnées des spates noirâtres, débarrassées de leurs fruits et ressemblant à des grandes mains squelettiques jonchent le sol.
En pleine bourrasque, on entend encore plus souvent que d'habitude le bruit sourd des cocos qui tombent.

Plus ça souffle et plus je crains qu'une branche - que dis-je! - qu'un arbre entier tombe sur la maison. J'ai peur que mes bougainvillées soient renversés, malmenés, cassés dans la chute de leur pot.

Certains affirment que lorsque le maramu souflle on a moins de moustiques.
Mon oeil!
Ils sont bien là! Et comme ils sont légers le vent les pousse... Les portes-fenêtres restant ouvertes, le vent les pousse à l'intérieur où ils ne mettent pas trois minutes pour me trouver, et se délecter de mon sang!

D'ailleurs, tout vole dans la maison qui ne peut pas rester propre très longtemps! Même la couture est rendue difficile par les bourrasques qui soulèvent les éléments que je tente - vainement - d'assembler.
La broderie ressemble à une épreuve de Ninja warriors car il faut courir après les fils qui s'envolent, les récupérer sur ou sous les meubles...
Ma pâte à brioche doit être cachée dans le four si je veux qu'elle lève.
Enfin, puisque rien ne va à cause du vent, mes cheveux se dessèchent et les boucles s'emmêlent, ce qui fait tourner le shampoing en véritable torture!

Tu vois, je vis dans un endroit dangereux et effrayant....
Si tu as un moment, préviens-moi que je puisse entendre quand tu me plaindras....
Posté par Mimijo le 02 juillet 2020 à 05 heures 12

Voilà j'ai trouvé 5 mn en attendant le bus.
En te lisant je me croyais dans un roman de Stephen King. Brrrr j'en frissonne.

Réponse postée par Saa le 02 juillet 2020 à 08 heures 33

Merci Michelle! Je savais pouvoir compter sur toi... Mais quand il vente JE SUIS dans un roman de Stephen King!!

Posté par Laetitia le 02 juillet 2020 à 10 heures 04

Bonjour Saa,
Chez nous, c'est le vent d' Autan qui souffle; souvent en continu.
Les anciens disent qu'il rend fou et il est vrai que lorsqu'il souffle, les nerfs sont souvent à fleur de peau!
Pourquoi? Je ne le sais pas! Bises

Réponse postée par Saa le 02 juillet 2020 à 10 heures 38

C'est vrai que certains vents ont la réputation de rendre fou. le Mistral en fait partie. Je note aussi que tu ne me plains pas.... tant pis pour moi! ;-)

Posté par Laetitia le 02 juillet 2020 à 10 heures 42

Je ne te plains pas, mais promis je compatis!

Réponse postée par Saa le 02 juillet 2020 à 10 heures 55

Aaaaahhhhh.... Merci!.... Je me sens tellement mieux ainsi! ;-)

Posté par Moi de Coco le 05 juillet 2020 à 21 heures 22

"Vent frais, vent du matin,
Vent qui souffle au sommet des grands pins.
Joie du vent qui souffle,
Allons dans le grand..."
Tu m'as raviver cette comptine en tête ! Mais bon, je remarque une chose, c'est que tu affrontes seule ce déplacement naturel de l'atmosphère... Il est où ton tane ???? Caché sous le lit ???? 🤣 🤣 🤣 🤣 🤣

Réponse postée par Saa le 05 juillet 2020 à 21 heures 29

Toujours près de moi... Et il s'est habitué à la multitude de mes peurs!

Copyright © 2020, Patrick Hartmann
Tous droits réservés.